Cliquez ici pour sauter au contenu

Le Rafting Ground de Restigouche

Randall Miller, Conservateur – Géologie et paléontologie, Musée du Nouveau-Brunswick

Je suis à un endroit qu’on appelle le Rafting Ground, une descente d’eau vive sur la rivière Restigouche, près de Dawsonville dans le nord du Nouveau-Brunswick. Les rochers derrière moi datent de l’Ordovicien. Ce sont des sédiments marins d’eaux profondes qui peuvent contenir de beaux ichnofossiles, des traces d’activité biologique.

Un beau spécimen de terrier de ver qui a été trouvé ici. C'est un ichnofossile. En latin, il s’appelle Compaginathichnus forbesi, en l’honneur de Bill Forbes. Bill Forbes a été géologue dans le Maine pendant de nombreuses années. Il a étudié la géologie du territoire entre le Maine et le Nouveau-Brunswick. En fait, la géologie est très similaire d'un côté de la frontière comme de l'autre.

Ce sont des roches marines, c’est-à-dire des sédiments plus profonds. On connaît leur origine par les ichnofossiles qu’on trouve dessus. Ces sédiments se sont déposés dans une partie du bassin de l’océan Iapetus, quand celui-ci s’est fermé, au début de la collision du Ganderia et de l’Avalonie avec l’ancienne Amérique du Nord.

Les couches sédimentaires de cette séquence marine sont très bien préservées. On peut voir la superposition, ici, dans ces roches sédimentaires. Les couches grossières de grès sont interstratifiées avec de fines couches de schiste. Et si on regarde de très près le détail de ces couches de grès, on peut y voir des laminations très fines et des stratifications.