Cliquez ici pour sauter au contenu

Marie Stopes

Dans les premiers temps de la géologie, peu de femmes s’occupaient de cette science. À l’époque, il n’était pas socialement acceptable pour une femme d’accompagner des hommes dans des visites d’étude dans la nature. De plus, les femmes étaient jugées peu aptes au travail physique sur le terrain. Les choses ont bien changé depuis et, aujourd’hui, nombre des voix qui donnent le ton en géologie sont féminines.

L’histoire de Marie Stopes est sans doute l’une des meilleures concernant la géologie au Nouveau-Brunswick. Stopes doit sa célébrité à ses activités de sexologue, d‘eugéniste et de pionnière de la planification des naissances. Dans le monde entier, des cliniques portent le nom « Marie Stopes International ». En 1918, elle publia un manuel sur la sexualité, un ouvrage intitulé L'amour et le mariage qui contient ses vues sur les relations entre hommes et femmes dans le mariage. Le Royaume-Uni a émis en 2008 une série de timbres-poste sur le thème Women of Distinction en incluant – non sans créer la polémique – la pionnière de la planification familiale Marie Stopes.


Transcription (Adobe Flash Player, 3 minutes 15 secondes, 10,3 Mo)

Pour une utilisation optimale, vous aurez besoin du plugiciel suivant : Adobe Flash Player

Les liens du Nouveau-Brunswick avec Stopes sont moins de nature à susciter la controverse et bien moins connus. Du côté ouest de Saint John, sur le littoral de la baie de Fundy, un affleurement rocheux connu sous le nom de Fern Ledges a été étudié pour la première fois par le Steinhammer Club en 1860. Fred Hartt commença à décrire les plantes fossiles du Carbonifère supérieur et, ce qui est plus remarquable, des fossiles d’insectes trouvés dans les schistes. Les membres du Steinhammer Club et leur mentor William Dawson estimaient que les roches dataient du Dévonien. La controverse concernant l’âge de Fern Ledges et de son écosystème terrestre, le plus ancien connu, commença peu après. Cinquante ans plus tard, au début du 20e siècle, la question n’était toujours pas réglée. La Commission géologique du Canada décida qu’il fallait trancher avant le Congrès international de géologie de 1913 et la visite d’étude prévue sur le site. Elle se tourna vers la Grande-Bretagne et fit appel à la jeune Marie Stopes, une des paléobotanistes les plus en vue de l’époque, pour mettre fin au conflit. Stopes était un choix intéressant pour résoudre le problème. N’étant pas partie au conflit, elle pouvait être objective, mais elle avait déjà provoqué des remous dans la profession, étant une de ses rares représentantes féminines. Sa réputation de paléobotaniste n’était cependant plus à faire, du fait de son livre intitulé Ancient Plants, publié en 1910. Stopes se rendit à Saint John pour examiner elle-même les affleurements et collecter des fossiles à étudier. Elle emprunta des spécimens de fossiles qui appartiennent aujourd’hui à la collection du Musée du Nouveau-Brunswick et, en 1914, quelques années seulement avant d’avoir écrit L'amour et le mariage, elle publia la monographie de paléobotanique sur la flore de Fern Ledges qui allait devenir un classique. Sa carrière en tant que sexologue, eugéniste et pionnière de la planification des naissances et l’opprobre qu’elle allait s’attirer étaient encore à venir.