Le cri de la mésange

14. Le cri de la mésange

Le Marsouin commun au Nouveau-Brunswick

Condition actuelle

Le Marsouin commun

Quoiqu'il est toujours un mammifère familier en les mers septentrionales autour du monde, le Marsouin commun, Phocoena phocoena, a subit un déclin ou a disparu sur une importante partie de son étendue. Il n'y a que très peu d'information disponible sur la condition des populations du Marsouin commun au large de la côte est du Nouveau-Brunswick dans le Golfe du St.-Laurent. Les seuls évaluations de population pour les eaux canadiennes comprennent la Baie de Fundy et le Golfe du Maine, région qui a une population d'environ 45 000 animaux. On aperçoit le Marsouin commun en la Baie de Fundy à l'année longue mais la période de pointe pour ces animaux dans la Baie va de la fin juillet jusqu'à la mi-septembre, période durant laquelle les animaux ont été étudiés intensivement.

Jusqu'au début de ce siècle le Marsouin commun au large de Grand Manan et des îles attenantes était, en grands nombres, chassé au fusil et à la javeline par les Indiens Passamaquoddy. Cette pêcherie, pour l'huile et la viande, a peut-être réduit les populations localement, quoiqu'il est difficile d'en évaluer l'impact à cette distance. Des nombres modestes de marsouins ont été pris par les autochtones jusqu'au début des années 1970.

Le déclin de cette espèce est dû largement aux pertes infligées par les prises accidentelles de Marsouins communs enchevêtrés en des filets de pêcheurs...

Depuis 1991, le Comité fédéral-provincial sur la condition de la faune menacée d'extinction au Canada considère que la population atlantique du Marsouin commun est menacée. Le déclin de cette espèce est dû largement aux pertes infligées par les prises accidentelles de Marsouins communs enchevêtrés en des filets de pêcheurs, surtout dans la pêcherie de poisson démersal au filet maillant. En la région de Fundy cette pêcherie est établie depuis 20 ans. Quelques marsouins meurent aussi dans les réservoirs où les marsouins qui sont pris sont souvent tirés au fusil ou sont parfois noyés. En les régions côtières l'augmentation de l'activité humaine et la contamination de l'environnement marin peuvent être des facteurs du déclin du Marsouin commun.

La Commission internationale sur l'industrie baleinière récents a conclu que les niveaux récentes de mortalité accidentelle causée par les filets de poissons, et surtout par les filets maillants utilisés pour le poisson démersal, constituent une grave menace à la population du Marsouin commun du Golfe de Maine/région Fundy et devrait être réduits immédiatement. Des changements en la structure des populations et un déclin général de la population ont été notés pour le Marsouin commun de la Baie de Fundy depuis le début des années 1970. Il a été estimé qu'en plus du petit nombre de marsouins qui périssent dans les réservoirs, au dessus de 2 000 Marsouins communs meurent chaque année dans les filets maillants de la Baie de Fundy/Golfe du Maine.

Histoire naturelle

Le Marsouin commun, Phocoena phocoena, est le plus petit cétacé marin des eaux frigides et la seule espèce de marsouin des eaux du Nouveau-Brunswick. Les Marsouins communs ont une longueur moyenne d'environ 1,6 m et pèsent approximativement 50 kg. Les femelles sont un peu plus grandes que les mâles. Le museau est obtus, n'ayant pas le bec pointu qui caractérise la plupart des dauphins. Des portions des flancs et de l'en-dessous de l'animal sont blancs tandis que les nageoires, les lobes et la surface supérieure sont gris foncé. Il y a souvent une barre grise qui tire de l'oeil jusqu'à l'angle antérieur de la nageoire. La nageoire dorsale est triangulaire plutôt que courbée ou en forme de croissant, et la bordure inclinée dérivante n'est que légèrement concave. Les dents du Marsouin commun ont la forme de cuillère ou de pelle, un élément distinctif de chaque espèce marsouin.

Durant les mois chauds le Marsouin commun habite les eaux de la côte tels que les baies, chenaux et ports. Dans le bas de la Baie de Fundy l'on peut observer des groupes de Marsouins communs autour de Deer Island, Grand Manan, Campobello et autour des îles désignées The Wolves. A travers le bas de la Baie, les marsouins passent les mois de l'été à se nourrir en de petits groupes de jusqu'à une douzaine d'animaux, avant que la plupart commencent à partir à la fin-septembre.

Il y a plusieurs mentions de grands requins mangeant les Marsouins communs de la Baie de Fundy.

Nous ne savons que très peu de la structure sociale du Marsouin commun. Il y a néanmoins une disposition de migrations saisonnières par laquelle les marsouins s'éloignent de la côte et se dispersent vers le sud (dans le cas de Fundy), ou à l'est (dans le cas du Golfe du St.-Laurent), durant l'hiver. Ces mouvements saisonniers sont en corrélation directe avec les mouvements du hareng, la proie principale du Marsouin commun. Les Marsouins communs mangent aussi divers autres poissons dont la morue, le maquereau, la merluche, la loquette d'Amérique, le gaspereau, le carrelet et le Myxine du nord ainsi que le calmar et les crustacés.

On appelle souvent le Marsouin commun le cochon pouffant d'après les petits sons pouffants qu'il pousse lorsqu'il respire. Sur des surfaces calmes le marsouin se baladera doucement ou restera immobile à la surface, expirant son petit souffle pouffant et inspirant avec un geigne-ment. Par une mer agitée ils sont plus actifs, renvoyant de grands jets d'eau en se cabrant dans les vagues. Le Marsouin commun ne bondit que rarement. Il est peut-être surprenant qu'une petite espèce côtière telle que le Marsouin commun puisse plonger assez bien. Quoique la majorité des plonges sont de moins de 50 m, il y a mention de plonges de plus de 200 m en profondeur. Néanmoins, habituellement les Marsouins communs ne restent submergés que pendant trois à quatre minutes.

Quoique l'activité humaine est la menace principale pour cette espèce les Marsouins communs ne sont pas sans prédateurs naturels. Il y a plusieurs mentions de grands requins mangeant les Marsouins communs de la Baie de Fundy. Un requin blanc de 907 kg a été pris près de Grand Manan et il avait trois Marsouins communs dans son ventre, chaque marsouin ayant été haché en deux ou trois morceaux.

Le Marsouin commun donne naissance à un seul petit à la fois. Le plus grand nombre des naissances chez le marsouin de la Baie de Fundy ont lieu à la mi-mai suivant une période de gestation d'environ 10,6 mois. A la naissance le petit est d'environ 80 cm en longueur et pèse de 6 à 8 kg. Durant les premiers mois de sa vie le marsouin nouveau-né est difficile à observer puisqu'il ne s'éloigne pas de la nageoire dorsale de sa mère. Dès l'automne, toutefois, le petit est aisément visible.

Le petit grandit rapidement, les dents apparaissant vers lâge de cinq mois, lorsqu'il pèse déjà environ 25 kg. En la Baie de Fundy, les jeunes marsouins commencent à se nourrir d'aliments solides à la fin de l'été pendant qu'ils sont encore allaités. Les crustacés Euphasid consituent une des principales premières proies du jeune Marsouin commun. Les jeunes sont sèvrés à environ huit mois âge à laquelle ils savent prendre de plus grandes proies telles que des poissons.

...les Marsouins communs ne restent submergés que pendant trois à quatre minutes.

Le Marsouin commun de l'Atlantique Nord occidental atteint la maturité sexuelle à l'âge de trois ou quatre ans. L'accouplement a lieu à la fin juin et la plupart des femelles donnent naissance annuellement quoiqu'elle peuvent attendre jusqu'à la deuxième ou troisième année de leur maturité sexuelle avant d'avoir un petit. De rares individus peuvent atteindre l'âge de quinze ans, mais généralement le Marsouin commun ne vit pas plus que huit ans. Cette vie courte ainsi que la brève période de reproduction estivale font que l'espèce ne puisse récupérer en nombres ce qu'elle perd en fatalités causées par les filets maillants.

Comment aider?

Comme tous les cétacés en les eaux canadiennes le Marsouin commun est protégé sous la Loi des pêcheries concernant les ordonnances sur les mammifères marins, qui interdit la prise ou toute forme de dérangement de l'espèce. Quoique les Marsouins communs ignorent ou évitentgénéralement la plupart des bateaux, les observateurs de baleines et les navigateurs de plaisance doivent suivre les lignes directrices établies pour l'observation des baleines et rester au moins 100 m à l'écart des Marsouins communs. De plus amples informations sur les procédés à suivre pour l'observa-tion des baleines sont disponibles du Ministère fédéral des pêcheries et océans.

De fortes concentrations de mercure et d'hydrocarbones organochloriques ont été notées dans les Marsouins communs de la Baie de Fundy...

Il a été reconnu que la mortalité accidentelle des Marsouins communs dans les filets maillants est inacceptable et consitue une grave menace pour les populations de marsouins. Les Marsouins communs, par contre, qui suivent le hareng jusque dans les réservoirs de poissons, sont facilement libérés même durant la récolte de poissons. Les Marsouins communs ne se débattent que très peu lorsque manipulés mais il faut s'assurer soigneusement qu'ils ne soient pas enchevêtrés dans les filets et qu' ils ne surchauffent pas lorsqu'on les enlève de l'eau ou du réservoir. Les marsouins s'échappent même parfois sans aide d'un réservoir. Les opérateurs de filets maillants et de réservoirs devraient autant que possible essayer de libérer les marsouins vivants. Il est inacceptable en aucune circonstance de tirer un marsouin au fusil. Là où il est nécessaire l'avis des représentants des pêcheries ou des recherchistes associés à la Grand Manan Whale and Seabird Research Centre, à North Head, Grand Manan, devrait être solicité.

Il est possible que les contaminants chimiques sur les côtes soient responsables des problèmes reproductifs chez les petits cétacés y compris les Marsouins communs. L'espèce est au sommet de la chaîne alimentaire côtière et elle a de grandes réserves de graisse où les contaminants peuvent accumuler et en tant qu'espèce côtière elle est exposée aux contaminants qui pénètrent les eaux de la côte. De fortes concentrations de mercure et d'hydrocarbones organochloriques ont été notées dans les Marsouins communs de la Baie de Fundy depuis 1970 au début des enquêtes sur ces substances. La surveillance des niveaux de ces contaminants continue et l'usage du DDT semblerait être en baisse, mais les niveaux de d'autres produits chimiques ne diminuent pas ou accroissent.

Plusieurs d'entre nous, et particulièrement ceux qui demeurent dans les communautés côtières, peuvent aider à maintenir la propreté des eaux côtières. Il faut déposer les déchets toxiques responsablement, limiter ou éliminer l'usage d'insecticides et d'herbicides, et ne jamais traiter l'océan comme un dépotoir. Vous pouvez communiquer avec le Ministère provincial de l'environnement si vous désirez des informations concernant le dépôt de déchets que vous croyez possiblement nocives à la vie marine.

Bibliographie

Gaskin, D.E. 1982. The ecology of whales and dolphins. Heineman, London. 459 p.

Gaskin, D.E. 1991. Status report on the Harbour Porpoise, Phocoena phocoena. Comité sur le statut des espèces menacées de disparation au Canada, Ottawa. 49 p.

Hofman, R.J. 1990. Cetacean entanglement in fishing gear. Mammal Review No 20: 53-64.

Read, A.J., S.D. Kraus, K.D. Bisack, et D. Palka. 1993. Harbour Porpoises and gillnets in the Gulf of Maine. Conservation Biology No 7: 189-193.