Le cri de la mésange

07. Le cri de la mésange

La Tortue Cuir au Nouveau-Brunswick

Condition actuelle

La Tortue Cuir

La tortue Luth marine, ou Tortue Cuir, Dermochelys coriacea, a été aperçu au Nouveau-Brunswick moins de douze fois, quoique l'espèce fréquente les eaux de l'Atlantique régulièrement de juin en octobre. Deux tortues ont été aperçues au Nouveau-Brunswick au mois de septembre 1992. La plupart de ces occurrences sont le résultat d'enchevêtrements avec l'attirail de pêcheurs le long du détroit de Northumberland/golfe du St.- Laurent, mais cette tortue a été observée aussi dans le bas de la baie de Fundy. Cette espèce nidifie sur les plages des régions tropicales et sous-tropicales du monde, mais elle se déplace régulièrement en fin d'été vers les latitudes boréales. La Tortue Cuir est considérée comme étant menacée d'extinction partout au monde, et est comprise sur la liste du Comité sur le statut des espèces menacées de disparition au Canada. Le commerce des Tortues Cuir, de certaines de leurs parties, ou des produits manufacturés à partir de ces tortues est strictement interdit par l'Accord international sur les espèces menacées d'extinction, dont le Canada est un des signataires. D'après le dernier recensement la population globale de cette espèce comprendrait 155 000 femelles mûres. L'espèce est protégée dans plusieurs parties du monde, y compris les Etats-Unis, le Mexique, l'Afrique du Sud, le Sri Lanka, l'Australie, et plusieurs pays de l'Amérique Centrale et du Sud.

Histoire naturelle

La Tortue Cuir est la plus grande espèce de tortue vivante au monde. La carapace de l'adulte est près de 1,8 m en longueur et elle pèse plus de 575 kg. Une Tortue Cuir de taille moyenne s'est enchevêtrée dans l'équipement des pêcheurs près de Shédiac au Nouveau-Brunswick au mois de septembre 1992, et elle pesait 318 kg.

...on a noté chez la Tortue Cuir ses apparences régulières en eaux froides à la fin de l'été et au début de l'automne dans les mers frigides de l'ouest et de l'est du Canada, des îles Britanniques, et de Norvège

L'apparence de la Tortue Cuir est la plus distinctive de toutes les tortues marines. L'exception parmi les tortues, qui ont toutes une carapace formée de plaques osseuses recouvertes d'écailles de corne, la Tortue Cuir a une peau lisse et caoutchouteuse qui recouvre une carapace constituée de cartilage épais et huileux. La carapace a la forme d'un baril avec une série de sillons longitudinaux s'effilant vers un bout obtus au-dessus de la queue. Les palettes natatoires antérieures de la Tortue Cuir sont longues et bien conçues pour propulser l'animal à travers l'eau. Les membres postérieurs, quoique plus petits, sont aussi fuselés et tout comme les palettes de l'avant du corps, sans griffes. Les Tortues Cuir sont noires sur leurs surfaces supérieures et blanchâtres en-dessous, avec une peau lisse et veloutée dépourvue d'écailles. La peau qui recouvre la surface dorsale est fortement tachée de blanc et souvent nuancée de rose. La reproduction de la Tortue Cuir se fait sur les plages tropicales et sous-tropicales à travers le monde. L'espèce est surtout pélagique sur toute son étendue à travers les océans de l'Atlantique, Pacifique, et Indien, et jusqu'au Méditerranéen. Il n'y a que très peu d'incidents de récupération d'animaux bandés, mais les récupérations rares ont démontré que leurs déplacements peuvent atteindre jusqu'à 5 000 km, les plus grandes migrations de tous les reptiles. Les tortues marines fréquentent surtout les mers chaudes, mais on a noté chez la Tortue Cuir ses apparences régulières en eaux froides à la fin de l'été et au début de l'automne dans les mers frigides de l'ouest et de l'est du Canada, des îles Britanniques, et de Norvège. Ces mouvements jusque dans les mers du nord représentent probablement des incursions à la recherche d'alimentation puisque les tortues suivent les concentrations de méduses, le fondement de leur régime.

L'âge de la reproduction est inconnu et n'y a que très peu de données disponibles sur la croissance de l'animal de l'éclosion jusqu'à la maturité.

Les reptiles sont extrêmement rares dans les eaux froides du nord et le cas de la Tortue Cuir est exceptionnel en ce sens. Il est presque certain maintena nt que ces tortues peuvent produire une chaleur interne et maintenir la température de leur corps bien au-dessus de la température estivale de l'eau en cette région. Cette acclimatation est possible grâce à la masse énorme de l'animal ainsi qu'à des adaptations anatomiques tels que des échangeurs de chaleur à contre-courant dans leurs palettes, et à une couche épaisse et isolante de gras. Les Tortues Cuir sont des plongeurs superbes et peuvent vraisemblablement rester submergées pendant plusieurs heures.

L'âge de la reproduction est inconnu et il n'y a que très peu de données disponibles sur la croissance de l'animal de l'éclosion jusqu'à la maturité. Dans l'Atlantique la nidification se fait d'avril en novembre mais la race du Pacifique nidifierait à l'année longue. Les femelles peuvent nidifier de quatre à dix fois par année, la nuit normalement, après un intervalle de dix jours en moyenne. Chaque couvée comprend de 50 à 170 oeufs mais un nombre important de ceux-ci n'ont pas de jaune. Malgré la taille énorme de la Tortue Cuir cette espèce pond moins d'oeufs que les autres tortues marines. Suivant une période d'incubation de 53 à 74 jours des petites tortues émergent dont la carapace a 60 à 63 mm de longueur. Puisque les oeufs du haut de la chambre à oeufs sont recouverts d'environ 100 cm de sable l'ascension vers le haut représente un défi incroyable pour les petites tortues. La tâche devient un effort commun puisque les petites tortues grattent toutes vers la surface en même temps. De cette façon le plafond du nid s'affaisse et le fond du nid est élevé. Le toit mince s'effondre finalement et les tortues émergent ensemble. Ils se ruent tout de suite vers la mer mais un grand nombre de ces petites tortues seront victimes de prédateurs tels que les crabes, les lézards monitor, les mangoustes, les goélands, les corbeaux, et les vautours sur leur chemin. Pour celles qui réussissent à atteindre l'eau des poissons prédateurs, des calmars, et des pieuvres sont aux aguets. Malgré tous ces obstacles parmi d'autres avant l'age adulte, il est époustouflant de reconnaître qu'une Tortue Cuir doit pondre des milliers d'oeufs en sa vie pour produire un seul couple reproductif adulte.

Comment aider?

Les Tortues Cuir passent la plupart de leur vie en mer, où les adultes n'ont probablement que quelques ennemis tels que le requin, l'orca, ou les hélices des grands navires. Les plus grandes menaces envers la Tortue Cuir se présentent sur les plages de nidification des tropiques. La viande de la Tortue Cuir n'est pas prisée et les femelles nidifiantes sont rarement tuées mais la collection des oeufs est un problème sérieux en plusieurs régions. Le développement commercial de certaines plages est nuisible aussi. Une fois la construction du nid entamée les Tortues Cuir semblent imperturbables, mais si elles sont dérangées en montant la plage elles iront quelque fois jusqu'à retourner vers la mer. Nous ne savons pas à quel point les tortues sont affectées par la pollution en mer. Nous savons, toutefois, que les tortues confondent les sacs de plastique avec les méduses. Il existe plusieurs cas d'obstruction de l'intestin de l'animal causée par l'ingestion de tels objets. Nous pouvons tous aider à garder nos plages et les eaux de la côte propres et sans déchets éliminant, de cette façon, au moins un hasard pour les tortues. Nous rencontrons surtout la Tortue Cuir en nos eaux à la suite de son enchevêtrement dans l'attirail d'un pêcheur quelconque. La tortue doit être libérée immédiatement et relâchée indemne. L'aperçu, accompagné d'une photographie lorsque possible, devrait être enregistré au Musée du Nouveau-Brunswick où les dossiers de ces occurrences sont conservés.

Bibliographie

Cook, F.R. 1981. Status Report on the Leatherback Turtle, Dermochelys coriacea. Comité sur le statut des espèces menacées de disparition au Canada, Ottawa. 17 p.

Ernst, C.H. et R.W. Barbour. 1972. Turtles of the United States. The University Pressof Kentucky, Lexington, Kentucky. 347 p.

Lazell, J.D. 1980. New England waters: critical habitat for marine turtles. Copeia (1980): 290-295.

McAlpine, D.F. 1980. Nesting behaviour of the Leatherback Turtle, Dermochelys coriacea, on the Caribbean coast of Panama. Journal of the New Brunswick Museum (1980): 32-40.

Pritchard, P.C.H., 1971. The Leatherback or Leathery Turtle, Dermochelys coriacea. Monographe UICN No 1, L'Union internationale pour la conservation de la nature et des ressources naturelles, Morges, Suisse. 39 p.

Pritchard, P.C.H. 1982. Nesting of the Leatherback Turtle, Dermochelys coriacea, in pacific Mexico, with a new estimate of the world population status. Copeia (1982): 741-747.