Expositions temporaires

 

Remarque: Les dates pourraient changer

LES MONDES DE LA NUIT

Jusqu’au 20 août 2017 : L’exposition LES MONDES DE LA NUIT au Musée du Nouveau-Brunswick.
L’exposition LES MONDES DE LA NUIT a été produite par le Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke. Elle a bénéficié de la contribution financière de Patrimoine canadien par l’entremise de son Programme d’aide aux musées.
Les plus belles histoires se racontent la nuit, alors que l’atmosphère est chargée de mystères et que votre esprit est prêt à vivre une gamme d’émotions. Errez dans le clair-obscur que dégage LES MONDES DE LA NUIT et découvrez ce qui se passe lorsque le soleil disparaît, pas seulement dans votre cerveau, mais aussi à l’extérieur, dans la nature. Décidément, vous ne fermerez pas l’œil de la nuit!
LES MONDES DE LA NUIT mise à la fois sur l’éclairage tamisé et sur des lueurs éclatantes pour faire vivre une expérience mystérieuse et stimulante et révéler des choses étonnantes sur la nuit. Les enfants pourront enfin passer la nuit debout, faire du camping sous les étoiles, jouer à cache-cache dans le labyrinthe et s’amuser avec les animaux (peluches) du désert.

Nordique : l’influence du design scandinave au Canada

Exposition en cours : Nordique : l’influence du design scandinave au Canada au Musée du Nouveau-Brunswick.
Cette exposition, qui s’étend sur plus de sept décennies, explore l’influence de l’esthétique nordique dans le design canadien. Nordique a été produite par le Musée Gardiner et deux commissaires d’exposition invités, Rachel Gotlieb et Michael Prokopow. On y examine les manières dont on a introduit au Canada le design scandinave moderne et dont les principes de l’esthétique et des formes matérielles ont été adoptés et adaptés par des artisans et designers canadiens. Nordique présente une vaste étude critique du meuble, de la céramique, du textile, de la métallerie et de la verrerie. Les objets exposés vont du populaire aux trésors rares et montrent comment le design scandinave a influencé la production tant artisanale que de masse au Canada après 1920.
Par le fait même, vous découvrirez deux importants liens néo-brunswickois avec cette exposition. Erica et Kjeld Deichmann ont ouvert Dykelands Pottery (1935-1963) à Moss Glen, dans la péninsule de Kingston. Erica a créé et perfectionné des recettes de glaçures par milliers, des figurines « Goofus » modelées et peintes à la main (une créature hybride fantaisiste qui évoque en partie le cheval, le mouton et la girafe) ainsi que des sirènes du folklore scandinave. D’ailleurs, plusieurs films traitant de la céramique de la famille Deichmann ont été produits.
Après la Deuxième Guerre mondiale, Ernst et Alma Lorenzen ont ouvert, à Dieppe (N.-B.), la New Brunswick Pottery qu’ils ont exploitée jusqu’en 1949. Les Lorenzen se sont fait connaître par quelque deux cents répliques de champignons façonnées à la main d’après les croquis qu’ils avaient crayonnés au fil de leurs excursions de cueillette. D’ailleurs, des mycologues les ont collectionnés à cause de leur précision scientifique.
Un catalogue, publié par Black Dog, accompagne l’exposition Nordique : l’influence du design scandinave au Canada; il est en vente à la boutique du Musée du Nouveau-Brunswick.

Erica Deichmann Gregg (Canadienne, née aux États-Unis, 1913-2007), Kjeld Deichmann (Canadien, né au Danemark 1900-1963), vase, 1962. Grès, décor bleu de cobalt peint sous, hors tout : 33,8 X 34 X 34 cm. Acquis des artistes, 1967 (A67.83). Collection du Musée du Nouveau-Brunswick.
Erica Deichmann Gregg (Canadienne, née aux États-Unis, 1913-2007), Kjeld Deichmann (Canadien, né au Danemark 1900-1963), Carafe, 1948, Grès, hors tout : 24 X 9,5 X 9,5 cm.
Legs de Lorna C. Pearce, 2012 (2012.29.4.1). Collection du Musée du Nouveau-Brunswick.
Erica Deichmann Gregg (Canadienne, née aux États-Unis, 1913-2007), Kjeld Deichmann (Canadien, né au Danemark 1900-1963), Bol, 1950-1960, Grès, hors tout : 17 x 19,6 x 19,6 cm.
Legs de Lorna C. Pearce, 2012 (2012.29.2). Collection du Musée du Nouveau-Brunswick.

Sur un plateau d’argent

En cours : Exposition Sur un plateau d’argent au Musée du Nouveau-Brunswick
Sur un plateau d’argent est une nouvelle exposition d’œuvres mettant en valeur le talent de l’artiste néo-brunswickois contemporain Mathieu Léger. Produite avec l’aide d’ArtsNB, de la Fondation Sheila Hugh Mackay et du Musée du Nouveau-Brunswick, l’exposition résulte de la période de résidence de M. Léger au Musée en 2012. Elle porte sur l’histoire, la culture et l’art contemporain au Canada. À la fois sérieuse et irrévérencieuse, cette série d’œuvres suscite à dessein une discussion sur la culture contemporaine canadienne en plus d’explorer des idées entourant la linguistique, l’assimilation et l’histoire. Les commentaires gravés sur les plateaux d’argent sondent les valeurs sociétales actuelles, en particulier concernant le monde de l’art. Cette série jongle avec des thèmes portant sur l’identité, le cynisme et l’ironie en politique, dans les conflits culturels et les pratiques artistiques nombrilistes. Les œuvres parlent aux spectateurs à travers une démarche humoristique en contextes culturels et linguistiques.

Sur les Traces de Franklin

Exposition en cours : La microexposition Sur les Traces de Franklin, une activité du Réseau des musées du projet Franklin au Musée du Nouveau-Brunswick.
Sous la direction de Parcs Canada et du Musée royal de l’Ontario, l’exposition éclair sur la recherche des vestiges de l’expédition Franklin raconte son histoire et la découverte du HMS Erebus. Ce projet national de trois ans fera connaître, par des expositions, des vidéos et des programmes publics, l’histoire de l’expédition Franklin et sa découverte. 
L’expédition Franklin a fasciné des générations de Canadiens. La disparition des deux navires de l’expédition, le HMS Erebus et HMS Terror, vus pour la dernière fois en août 1845 alors qu’ils entraient dans la baie de Baffin, demeure encore, 170 ans plus tard, un des plus grands mystères de l’histoire du Canada.

 

 

 

Remarque: Les dates pourraient changer