Histoire

Les collections de recherche scientifiques du Musée du Nouveau-Brunswick sont le résultat d’un travail s’échelonnant sur plus d’un siècle et demi. Depuis ses débuts en 1842, comme Musée Gesner, les collections sont passées de 2 173 objets énumérés dans le catalogue Gesner à plus de 300 000 spécimens aujourd'hui. Le Musée Gesner était le premier musée de son genre en Amérique du Nord britannique.  Au fils des ans, la collection du Musée Gesner a été déménagée au musée de l'Institut de mécaniciens local et, par la suite, à la Société d'histoire naturelle du Nouveau-Brunswick.

La Société d'histoire naturelle du Nouveau-Brunswick qui a tenu sa première réunion le 29 janvier 1862, à Saint John, est née grâce à un intérêt en sciences naturelles, particulièrement de la part de quelques étudiants qui s'enthousiasmaient pour la science alors assez nouvelle de géologie. George Frederic Matthew et C. Fred Hartt étaient deux de ces jeunes géologues qui avaient déjà fondé le Club Steinhammer, un organisme dédié à l'étude des formations locales de roches. Les membres du Club Steinhammer travaillaient en étroite collaboration avec Sir J.W. Dawson, le célèbre géologue  et paléontologue de McGill College à Montréal.

Le but de la nouvelle société fut ébauché à la première assemblée présidée par le Dr L.B. Botsford, qui en devint le premier président, et une motion fut présentée à l'effet qu'un « but spécial de la Société devrait être de monter à l'intérieur de ses cadres de telles collections de spécimens dans les différentes branches de la recherche scientifique pour qu'elles puissent pleinement illustrer l'histoire naturelle de cette province et possible, celle d'autres pays ». La Société s'efforça d'approfondir tous les aspects de la recherche en sciences naturelles et développa de larges collections en géologie, en zoologie et en botanique qui formèrent la base du présent Musée du Nouveau-Brunswick. Cette motion adoptée en 1862 décrit encore le but premier du Département des sciences naturelles de ce musée.

Le Musée du Nouveau-Brunswick abrite maintenant plus de 300 000 spécimens d'histoire naturelle. Ces spécimens soutiennent des programmes de recherche de base, des expositions et de la vulgarisation scientifique qui permettent de mieux comprendre notre environnement naturel. Les collections de sciences naturelles comprennent trois grandes catégories: botanique, géologie et zoologie. Les collections ont pour but de mieux faire comprendre la diversité des formes de vie antérieures et actuelles dans la région de l'Atlantique.

Le sceau corporatif de la Société d'histoire naturelle du Nouveau-Brunswick a été conçu et adopté en 1884. Au centre du sceau se trouve un trilobite de la période cambrienne découvert à Saint John et ressemblant au Paradoxides lamellatus. Des deux côtés du trilobite se trouvent des plantes fossiles caractérisant la période carbonifère et venant des« Fern Ledges », à Saint John.  Les fossiles des « Fern Ledges » collectionés par C.F. Hartt furent les premiers spécimens achetés par la Société pour développer un musée. La partie supérieure de l'emblème contient un oiseau monté pour exposition qui sert à reconnaître le travail du comité ornithologique.

Le Musée du Nouveau-Brunswick remercie les nombreux organismes et particuliers qui ont collaboré au développement et à l'organisation de nos programmes et de nos collections de sciences naturelles.  Au cours des dernières années, nous avons reçu d’importantes contributions pour améliorer les équipements de sauvegarde des collections et de recherche de :

  • Communications Canada - Programme d'appui aux musées
  • Fonds en fiducie pour l'environnement du Nouveau-Brunswick
  • Ministère des Ressources naturelles et de l'Énergie du Nouveau-Brunswick
  • Énergie, Mines et Ressources Canada (Entente de coopération sur l'exploitation minérale)
  • Université du Nouveau-Brunswick
  • Saint John Naturalist’s Club